Partagez | 
 

 Noa Leyta || Le feu est plus ardent que ce que l'on pourrait penser

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Leyta Noa


avatar
• Ta race : Métamorphe de Lion
• Messages : 14
• Date d'inscription : 28/07/2015



MessageSujet: Noa Leyta || Le feu est plus ardent que ce que l'on pourrait penser   Mar 28 Juil - 14:00





Leyta Noa



• Sexe ; Mâle
• Âge ; 18 ans
• Origine ; Espagne
• Race ; Métamorphe Lion
• Sexualité ; Bi
• Groupe ; Instable
• Travail ; Petits boulots à droite et à gauche '-' (il n'arrive pas a en avoir un qui est stable)
• Personnage utilisé ; Nine de FF Type-O


• Ton repas préféré ; La viande
• As-tu un fétiche ; Hum... Je ne sais pas
• Dr Pepper ou Coca ; Aucun...
• Grand ou petit ; Moyen
• Ton habit préféré ; Celui qui ne me serre pas
• Ta série préférée ; J'en ai pas vraiment...
• Tu aimes le melon ? ; J'adore !


Physique ;


Je ne suis pas très grand, mais pas non plus petit. Je crois qu’aux dernières nouvelles, je mesurais 1m75. Quelque chose comme ça…  Pour ce qui est du poids… Quelque part dans les 60kg, je pense. Faut dire que je ne me balade pas avec une balance sous le bras et que je me fiche un peu de mon poids. Pourquoi ? Parce que je suis fin, musclé, séduisant ! Mon sourire fait tout.

En effet, j’ai le sourire ravageur. De belles dents blanches, aiguisées. Mais aussi, et le plus important, une chevelure blonde, prenant des reflets dorés aux soleils. Mes cheveux sont assez rebelles.  Bon, sinon, jai des yeux bleus en amandes. Et j’ai une balafre. Ouais, un vieux souvenir pas agréable. Mais ça va. Ça ne me dévisage pas trop et je reste beau malgré tout !

Et pour les vêtements, je porte ce qui passe. J’aime pas ce qui colle. Ça sert, c’est chiant. Je préfère ce qui est plus large. Sauf pour le pantalon ! Parce que sinon, il faut une ceinture. Et qu’est-ce que c’est chiant d’en trouver une bonne ! Parce que … j’ai l’art de les casser rapidement…



Caractère ;


Comment je suis ? ah… ça, c’est toute l’histoire d’une vie. Et c’est plutôt compliqué. Surtout que je ne sais pas par où commencer. Mais bon… Essayons les qualités.

Je parais sûr de moi. J’essaye de l’être en tout cas. Et puis, il le faut aussi. Parce que si j’ai l’air timide, qui prendrait le lion que je suis au sérieux ? Franchement, entre nous, avoir confiance en soi, c’est un début de clef du succès !
Je suis mature aussi. Surtout pour mon âge. Je sais ce qu’est la vie. Un peu du moins. Pas comme les jeunes imbéciles qui s’élancent à travers le monde comme des imbéciles. Non. J’ai gouté la souffrance, j’ai gouté l’amour, j’ai gouté les peines. Et c’était pas que du joli… Mais parfois j’ai envie de redevenir un gamin ignorant et naïf… Mais restons dans le positif !  De toute façon, c’est juste un peu plus que ceux de mon âge. Je ne suis pas encore papy avec la barbe blanche et les devinettes bizarres.  Et puis, ça dépend des situations.
Je suis également énergique ! Je bouge, je vis, je fais sentir aux autres que je suis là. Je les empêche même parfois d’oublier ma présence. Chose difficile car j’aime bien avoir l’attention des autres quand je les aime bien.
J’adore l’aventure ! Et je suis débrouillard. Pour venir jusqu’ici, il a bien fallu. Et puis, c’est aussi une façon d’être indépendant. J’aime l’indépendance. C’est… La liberté.
Je suis charmeur et souriant. Une jolie demoiselle, un beau jeune homme… Je les préfère un peu plus vieux que moi. Avec plus d’expérience. Et ne s’attachant pas trop vite. Je ne veux pas m’attacher, après, ça fait trop de problème. Mais je vous rassure, je peux être passionné, ardent et même romantique. Je suis sûr que je peux arriver à être romantique. Enfin, je pense que si je tombe vraiment amoureux, je peux bel et bien l’être.
Ah ! Et un détail que je n’ai pas dit… Je suis tactile. J’aime bien touché. Les objets, les gens, ce qui passe sous la main. Mais je ne touche pas tout et n’importe quoi ! Ni n’importe qui.

Hum… ça pourrait être un défaut ? Zut alors… Bah, je vais en parler justement, c’est bien, non ?
Je suis quelqu’un de fier, je ne le cache pas. Je le suis même un peu trop. Je n’aime pas avoir tort. Je préfère avoir raison. Cela est sans doute un peu idiot mais c’est comme ça… en plus de ça, je prends rapidement la mouche.
Je suis jaloux aussi. Pas envieux, mais jaloux. Je jalouse ceux qui s’aiment, ceux qui sont dans le bonheur, ceux qui n’ont aucun souci. Je jalouse les biens-nés. Je manque d’argent, je galère. Tout ce que j’ai, c’est ma vie… Mais je veux plus… C’est normal, non ?
Je fais parfois – voire beaucoup – des caprices. Pour un rien ou pour une montagne, je sais ce que je veux quand je le veux. Je n’ai jamais vraiment été gâté alors quand je peux l’être… J’en profite.
Je ne suis pas non plus pudique. Que se soit de s'afficher en public ou bien au sujet de la nudité. Mais ne pensez pas que je suis un pervers et un nudiste convaincu.
Je n’aime pas les humains. Je les déteste. Entièrement et complètement. Je me méfie donc d’eux. Surtout d’eux !  Ils m’énervent, ils m’insupportent. Je peux pas les sentir… Ce qui fait que je suis agressif. Envers eux, mais aussi envers les autres. C’est pas forcément volontaire. C’est  à cause de la goute de trop. Ça arrive. Mais alors… ça éclate dans ces cas-là. Je n’aime pas ça, je m’en veux après mais j’assume. Il le faut. Et puis, je ne veux pas fuir toute ma vie.
En revanche, je dois bien avouer  que je suis maladroit. En parole et de temps à autre en geste. Je n’ai pas beaucoup de tact, je parle comme je pense, ça sort tout seul…
Oh, et un détail : j’adore le feu. J’ai toujours un briquet sur moi. Et je dois bien avouer que j’ai déjà allumé un feu ou deux. C’était… jouissif. Voir tout être saccagé, brulé par le feu ! Cela donne des frissons. On se sent puissant. On se sent être dominant. Et j’adore ça.

Aussi non, je peux dire brièvement ce que j’aime et ce que je n’aime pas.
J’aime le chaud, le sucré, la viande. Je m’amuse à séduire, à jouer parfois avec les autres. Je n’aime pas les fouets, ni la nuit et encore moins les ordres. Je peux être sensible mais je hais cette partie de moi. J’aimerais l’étouffer…



Histoire ;


Allongé dans le lit, je la regardais. Elle dormait, paisible et elle semblait heureuse. Je levais la main pour aller caresser son visage assoupi. Mais ce geste la réveilla. Je murmurais un « Désolé » et elle me répondit par un sourire que je trouvais magnifique. J’étais tombé amoureux d’elle s’en même m’en rendre compte. Elle était plus âgée que moi, blonde, les yeux verts, les cheveux longs. Plus âgée mais pas ridée. Je ne lui avais pas demandé son âge. Et c’était une humaine. Mais pas comme les autres, oh non ! Elle, elle m’avait aidé.

Elle me regarda, se rapprocha de moi en se blottissant contre moi.  Elle prit mes lèvres et soudain me demanda quelque chose. Elle voulait que je lui raconte tout. Pourquoi j’avais voulu quitté l’Espagne, ce qui était arrivé avant, tout. Et aussi d’où me venait  cette cicatrice, cette balafre sur mon visage.

Je poussais un soupir. Pourquoi elle voulait savoir ? Je ne voulais pas raconter mais… Je poussais un soupir.

- Si tu tiens tant à savoir...

Je suis donc né en Espagne. Mon enfance n’est pas la plus douce mais je pense qu’elle ne fut pas non plus la pire. J’ai été élevé dans un cirque. Un cirque fixe et qui faisait sa pub dans les régions plus lointaines. Mes parents étaient les vedettes, les têtes d’affiches. Et quand ma mère est tombée enceinte de moi, il parait que ça n’a pas été la joie. Mon père était très protecteur envers elle. Enfin, soit.

Quand j’étais enfant, les humains m’éduquèrent. Je devais obéir à leurs ordres, faire ce qu’ils me demandaient sans rechigner, sans m’opposer. J’observais aussi beaucoup : les entrainements des autres, les spectacles, tout ce que je pouvais. Et à un moment donné, pour faire la promotion du cirque, on me prit en voiture et m’emmena ailleurs. Je vis la mer, les montagnes, je connu aussi le four qu’était les terres du centre en plein été. A ce moment-là, j’obéissais vraiment. J’étais un lionceau apprivoisé. Je me faisais donc humilié en public, l’homme avec moi vendait son affaire en disant qu’il y avait mes parents au cirque mais bien plus ! Eléphants, tigres, girafes, ils avaient tout ce qu’il y avait de plus exotiques et commandaient parfois selon les demandes des clients, pour en attirer plus et plaire à plus de monde…  Ma tâche ? Me transformer, notamment,  et faire les petits tours appris. On avait plus de capacités que les vrais animaux alors… ils en profitaient. Mais en revanche, on était humilié et exposé très souvent nu.
On n’était pas gêné. En tout cas, moi pas. J’avais été élevé comme ça. J’avais toujours vu ça. Alors, c’était normal. Même si en réalité ça ne l’était pas du tout.

Puis, une fois ado, c’était y a pas si longtemps en fait, on me fit monter sur les planches du cirque. J’avais peur de la foule, de me planter, de décevoir le monde. Et si tu étais décevant, c’était  des coups qui pleuvaient sur toi… Rien de très agréable quoi.
Tout ce passa bien, si on veut, jusqu’à il y a quelques mois. On m’avait mis un peu  en hauteur et je devais plonger dans un bassin d’eau froide. J’ai pas voulu y aller. Ils ont pas compris. Ils m’ont injurié, ils ont voulu m’y pousser de forcer, j’ai voulu les attaquer et le coup de fouet est parti. En plein visage…  C’était le premier et il me lancinait, me brulait. Ça saignait abondamment. J’avais même le gout du sang dans la bouche. Je n’ai jamais sauté dans la bassine, je les ai plutôt balayé d’un coup de patte et me suis enfoui au plus vite.

A ce moment-là, j’avais tout abandonné là-bas : Parents, amis, tout… Je ne possédais pas grand-chose mais c’était le monde qui était le mien. J’ai pas eu de nouvelles d’eux, comment en aurais-je eu ?

Enfin soit… J’étais étonnement assez débrouillard. Je volais un peu, je fouinais à gauche et à droite et je m’arrêtais jamais de marcher. Je ne voulais pas rester plus de deux jours dans la même ville. Je ne savais pas si j’avais des gens à ma poursuite ou non, du coup… Je fuyais.

Ensuite, je t’ai rencontrée. Toi, la vacancière qui n’aime pas la violence… Tu m’as vraiment aidé et je t’en suis toujours reconnaissant.


Je la regardais, lui souriais et venais prendre ses lèvres. Je l’aimais vraiment. Elle était belle, désirable, charmante. Comment ne pas succomber… Mais je ne savais jamais à quoi elle pensait. C’était embêtant mais ça mettait aussi du mystère que j’appréciais énormément. Natalia était son nom. Elle m’avait ramené chez elle. Elle m’avait pris dans sa voiture, on avait passé le point de frontière en me faisant passer pour son fils. Ce qui réussit vraiment bien. A ce moment-là, on était fou de joie tous les deux. Elle n’aimait pas l’esclavage que pratiquait l’Espagne… Et avec la joie, l’amour suivit. Dans la voiture, à l’arrière et sur une aire de l’autoroute. Je ne lui ai jamais dit, je n’oserais pas, par fierté je pense, mais elle m’a permis de passer un formidable 18e anniversaire.

Cela faisait de moi un homme libre. Enfin, pas véritablement un homme aux yeux des sociétés mais je l’étais quand même. Elle m’avoua trouver mon histoire triste. Je secouais la tête et l’embrassait sensuellement. Elle avait tort, grâce à elle, j’étais heureux. Je lui faisais donc oublier tout cela en lui offrant un nouveau moment d’amour, dans ce lit aux draps soyeux.

Le lendemain, en me réveillant, je ne la trouvais pas dans le lit. Je me levais, m’habillais et descendis alors dans la cuisine. Elle était déjà prête, habillée de façon très classe, les cheveux attachés et très sérieuse. La voir ainsi me donnait envie de tout lui retirer, de la voir au naturel, nue, les cheveux lâchés et… Elle coupa court à mes idées en me tendant des billets. De l’argent ? Pour quoi faire ? Je les prenais et regardais la somme. C’était pas rien non plus, et le dernier était un billet de train… Je relevais la tête vers elle. Je ne comprenais rien du tout à ce qu’elle faisait. Elle me sauvait et là… Là elle me disait de m’en aller ? J’étais frustré, j’enrageais sur place. Et les seuls mots auxquels j’ai eu droit quand je lui ai demandé pourquoi, ce fut :

- Parce que ce sera compliqué si tu restes, vraiment. Alors va-t’en. Va en Angleterre ou va même au-delà. Tu seras plus heureux que dans le Sud. Je peux te mener à la gare en voiture, mais rapidement.

C’était froid. Horriblement froid. J’hochais la tête et on partait. Dans la voiture, pas un mot. Je ne voulais même pas lui demander pourquoi. Je ne voulais même pas d’explication. Elle ne voulait juste plus de moi. Elle en avait juste assez. Elle avait peut-être juste voulu mon corps et c’est tout.
La voiture s’arrêta. Le silence était pesant. J’eu un moment d’hésitation. Et si… Et si elle venait avec moi ? Elle avait de l’argent, pour m’en donner autant, elle devait en avoir encore pas mal ! Mais en la regardant, je compris. D’espoir, mon visage devint colère. Je sortis de la voiture et claquait la portière. J’avais été tellement naïf ! Les humains, franchement, on ne peut pas leur faire confiance !
J’entrais dans la gare et plus jamais je ne la revis. Dans la gare, j’appris que le train que je devais prendre passait sous la Manche. J’appris alors que la Manche était un morceau d’océan. Je réprimais alors ma peur et entrait dans le train une fois le moment venu. Je dormis tout le trajet.


L’Angleterre… Je n’y connaissais absolument rien. Et même leur langue me semblait barbare. Comment je devais faire pour me faire comprendre et comprendre les autres si on ne parlait pas la même langue ? Pour le coup, je le sentais très mal. En plus, je ne savais même pas où je pouvais dormir. Mais quel con j’étais !! Pourquoi j’avais pris ce train !
La nuit arrivait et il me fallait un toit. J’errais dans les rues et un endroit m’intriguait. Un pub, ou un bar, était ouvert et les fêtards s’amusaient bien. Je décidais d’entrer. J’étais assez curieux oui. Puis… Je suppose que mon charme opéra et fit le reste pour moi ! Une charmante demoiselle m’accosta, me fit des avances. J’étais encore mal à cause de c que Natalia m’avait fait mais la fille là, sous mon nez, elle m’offrait de passer la nuit avec. Donc un toit ! J’acceptais. Et le matin, elle ne me vit pas à son réveil, j’étais déjà parti.
En journée, je réfléchis alors à ce que je devais faire. La ville, ici, était trop bondée pour moi. Je voulais du calme. Je voulais beaucoup moins d’humains. Je décidais alors de partir. A pied s’il le fallait mais, heureusement, je trouvais une navette. Autant dépenser l’argent que j’avais et ne pas trop me fatigué. En plus, la navette faisait beaucoup plus de km en une journée que moi ! Et je voyais mal devenir Lion en plein ville.
J’allais au plus possible vers le Nord. Puis, dans une ville, je pris un dépliant de vacances. Là, ils proposaient des vacances dans une Archipel. Il devait donc y avoir moins de monde hors vacances et sans doute des villes qui n’étaient pas mentionné dessus. Alors, je suivis les démarches à faire pour y aller. Avec tout ça, j’avais dépensé quasiment tout mon argent… C’était malin… Mais une fois arrivé, je trouverais bien un moyen. Je  pouvais faire comme à mon arrivée en Angleterre. Emballé quelqu’un, passer la nuit avec, vider un peu son frigo et potentiellement lui prendre de l’argent. C’était simple au final. Et si j’amassais assez d’argent, je pouvais même peut –être penser à m’installer quelque part. C’était pas le top pour le moment. Mais j’allais y aller pas à pas. Et… Pour la journée… Je pouvais toujours trouver de l’emploi à gauche et à droite. Ils doivent bien faire ça, non ?

C’est ainsi que je débarquais à Stormness…





Nade ;


• Comment es-tu là ; Demandez a Calleim...
• Code ; En effet ♥
• Pays ; Belgique
• Âge ; 20 ans
• Sexe ; Femelle
• Cookies ou brownies ; Brownies
• Yaoi ou Yuri ; Yaoi

© Flyremoon.



Dernière édition par Leyta Noa le Ven 31 Juil - 16:28, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Houston J. Allen

Administrateur

Administrateur
avatar
• Ta couleur : #9999ff
• Ton boulot : Fleuriste, je tiens le magasin
• Ta race : Métamorphe félin
• Messages : 47
• Date d'inscription : 28/06/2015



MessageSujet: Re: Noa Leyta || Le feu est plus ardent que ce que l'on pourrait penser   Mar 28 Juil - 16:51


Bienvenue sur Archipel ♥

J'adore ton vava, il est magnifique! Il donne envie de le connaître ou de l'embêter, au choix owo. J'ai hâte de voir cette fiche, ce que tu vas nous pondre, elle me semble déjà bien prometteuse. Ce sera un plaisir de la lire en entier! Je te souhaite bon courage et, si tu as des questions, n'hésite pas à me mp moi ou un autre membre du staff, on te répondra le plus rapidement possible. J'espère que tu te plairas parmi nous et que tu passeras un agréable moment sur le forum.

Au plaisir de se croiser sur la bobox ou in rp ~

P.S : J'ai bien demandé à Calleim, tu as piqué ma curiosité êwê
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leyta Noa


avatar
• Ta race : Métamorphe de Lion
• Messages : 14
• Date d'inscription : 28/07/2015



MessageSujet: Re: Noa Leyta || Le feu est plus ardent que ce que l'on pourrait penser   Ven 31 Juil - 16:29

Yop !

Et donc merci pour l'accueil ♥

Et je viens dire que je pense avoir fini ma fiche ! Bonne lecture à vous ! (je l'espère ) ♥

••••••••••

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Houston J. Enzo

Fondateur

Fondateur
avatar
• Ta couleur : #a62c2c
• Ton boulot : Bosse dans une animalerie.
• Ta race : Métamorphe de Guépard
• Messages : 32
• Date d'inscription : 28/06/2015
• Âge : 20



MessageSujet: Re: Noa Leyta || Le feu est plus ardent que ce que l'on pourrait penser   Ven 31 Juil - 17:40

Bienvenuuuue ♥

J'aime beaucoup beaucoup ton avatar. Nine, omfg. Gblblblblblblcebg

Et bien, je dois avouer que son histoire est touchante, ahw QwQ ce petit lion, j'ai envie de lui faire des câlins et de le tourmenter un peu. Il a une bonne bouille et des joulies canines. Puis... L'est blond, quoi c:

Je te conseille d'aller recenser ton avatar, de te choisir un métier fixe si tu viens à en trouver un, de choisir un rang si u le désires... Un logement si tu viens à trouver une bonne âme pour t'héberger et de te faire quelques liens ♥

Nyah, à plus tard et au plaisir de RP avec toi, mon p'tit lion ~

••••••••••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://archipel-orcades.forumactif.be
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Noa Leyta || Le feu est plus ardent que ce que l'on pourrait penser   

Revenir en haut Aller en bas
 

Noa Leyta || Le feu est plus ardent que ce que l'on pourrait penser

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Présentation du Joyau Ardent
» que penser vous d' avast
» [Résolu] Problème avec psg tv
» Qui connait et qu'en pensez-vous svp ?? TunUp Utilities 2009
» [Resolu]E-anim et Wix

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orcades :: Panthéon :: Fiches de Présentations :: Confirmées-